Vous êtes ici Accueil > Nos actions > Faune

La faune dans le Haut-Béarn

Actions concernant l'ours

Renforcement de la population d'ours

2 décisions en 1996 et 1997 pour l'apport de 2 femelles

Février 1999 : Lettre de réponse de Madame la Ministre de l'Environnement

Les nouvelles conditions du renforcement fixées par le Ministère ne sont pas acceptés par les habitants des vallées.

Nouvelle proposition du 8 décembre 2004 : l'Etat et les acteurs locaux réunis au sein de l'IPHB s'engagent à décider ensemble en 3 mois.
En mettant en place un protocole de concertation locale pour obtenir l'approbation des habitants sur un projet global pour l'homme et pour l'ours.

3 étapes prévues :

Or, le 13 janvier 2005, le Ministre de l'Écologie décide seul sans tenir compte des travaux de l'IPHB ni du contexte et annonce le doublement de la population d'ours des Pyrénées.

Le 17 janvier 2005 : les partenaires de l'IPHB se retirent du protocole de renforcement de l'IPHB

L'Observatoire Départemental des Dommages au Bétail

On dénombrait environ 1 600 vautours dans les Pyrénées-Atlantiques et plus de 20 000 dans les Pyrénées aragonaises et navarraises en 2006. Le vautour est un charognard qui joue un rôle essentiel de nettoyeur de la montagne. Cependant, depuis plusieurs années, des témoignages font part d'un changement de comportement de l'animal et d'attaques sur du bétail vivant.

Devant la multiplication de ces témoignages, les partenaires réunis au sein de l'IPHB ainsi que les autres acteurs concernés dans le département ont décidé de créer l'Observatoire Départemental des Dommages au Bétail en 2002.

Face au mécontentement croissant des éleveurs et à la dégradation de l'image du vautour, les membres de l'Observatoire et de l'IPHB ont émis des propositions de gestion en novembre 2009 :

Rapaces sensibles

Adaptation des dates des plans de vols des héliportages (de 18 cabanes) et remplacement des héliportages par du muletage (3 cabanes) en fonction des sites de nidification des rapaces les plus « sensibles », dont la survie est délicate : gypaètes barbus, aigles royaux, percnoptères d'Egypte, circaètes…

Grand-Tétras

Adaptation des dates de toutes les coupes forestières dans le Haut-Béarn en fonction de la présence de Grand-Tétras, le plus gros gallinacé d'Europe, dont les effectifs sont en forte diminution.

Sangliers

Comme dans de nombreuses régions de France, la prolifération des sangliers entraine d'importants problèmes. Dans les vallées béarnaises les prairies et estives peuvent être dévastées et les pertes fourragères sont parfois très importantes. En partenariat avec le Lycée des Métiers de la Montagne, l'IPHB réalise des relevés de dégâts et leur cartographie.

Téléchargements
Icône PDFDépliant Observatoire vautours
Icône PDFEvolution des témoignages de dégats de vautours